Avertir le modérateur

19/11/2012

L'accompagnement social : une mission essentielle des ESH

couple-1 enfant.jpgLors du dernier congrès de l’Union sociale pour l’habitat qui s’est tenu à Rennes fin septembre, Joseph Giboin, président du Toit Angevin et d’Anjou Insertion Habitat, livrait une intervention sur l’accompagnement social dans le cadre de l’atelier : « L’accompagnement social : une réponse aux situations issues de la crise. »

L'accompagnement social : quelles solutions ?

Dans un contexte de précarité croissante des demandeurs et des locataires en place dans le parc social, la question de l’accompagnement social des ménages en difficultés demeure entière et particulièrement d’actualité : jusqu’où les organismes HLM doivent-ils aller ? Comment doivent-ils gérer l’accompagnement ? Quels partenariats construire avec les associations, les collectivités locales et l’État, qui sont eux aussi en charge de la gestion sociale ? Dans son intervention, Joseph Giboin a évoqué, sur le thème des initiatives du mouvement HLM pour développer l’accompagnement social sur les territoires, son expérience en tant que président du Toit Angevin et d’Anjou Insertion Habitat.

L'exemple de l’association Anjou Insertion Habitat

L’association Anjou Insertion Habitat, AIH 49, a été créée en 2000 à l’initiative de « Une famille, un toit » et du Toit Angevin, accompagnés par le Conseil général de Maine-et-Loire, avec pour objectif de réussir l’insertion par le logement de familles en grandes difficultés. À partir de 2010, l’AIH 49 va gérer entièrement l’accompagnement social et « Une famille, un toit » le logement adapté. L’AIH 49 fait le lien entre les bailleurs sociaux et les associations d’insertion du département, qui siègent ensemble au conseil de l’association et demeure un lieu de partage et de concertation sur la situation des personnes les plus démunies et sur les solutions à mettre en œuvre.

Elle assure ainsi deux missions : une mission de prévention pour laquelle elle apporte un dialogue préalable avec les bailleurs pour les informer des difficultés d’un ménage et déterminer avec eux le logement le plus adapté, et une mission de médiation entre le locataire et le bailleur lors de difficultés avérées ou d’incidents de paiement pouvant ainsi éviter des situations de pré-expulsions.

Concrètement, l’AIH 49 prend en charge des contrats de sous-location pour les ménages en difficultés pour des logements appartenant au parc social ou à l’association « Une famille, un toit ». La sous-location, financée par le Conseil général, est une situation temporaire et l’accompagnement social qui est assuré en parallèle doit justement permettre un retour pérenne dans le parc social avec un bail classique. Cependant, les limites de cette initiative sont celles de la durée de la prise en charge. En effet, parce que les personnes accompagnées sont en grandes difficultés, le travail d’accompagnement pour un retour durable et réussi dans un logement classique se fait nécessairement sur un temps long, or le financement n’est pas illimité ! Il serait bon de mettre en place un accompagnement minimum et sélectif pour éviter un retour à la case départ, mais la question du financement reste alors entière… Il aparaît donc essentiel de réfléchir à des modalités de financement pérenne et multi-canaux, mais également sur les modalités d’entrée des publics concernés.

06/11/2012

Voyage d'études : une délagation de Porto à Bordeaux

Visite Bordeau-Porto.jpgFin octobre, en prolongation du voyage d’études effectué dans la ville de Porto, une délégation de Porto était reçue à Bordeaux pour une visite guidée des grands chantiers de réhabilitation et de construction de la ville, visite emmenée par l’Association nationale des directeurs des ESH et la Ville de Bordeaux. 

En retour du voyage effectué dans la ville de Porto fin juin, l’AND (Association nationale des directeurs des ESH) recevait à Bordeaux, en partenariat avec la Ville, la délégation de Porto, composée des membres exécutifs de Domus, l’office HLM de Porto, et des élus municipaux les 23, 24 et 25 octobre derniers. Ces rencontres professionnelles, auxquelles participaient Joseph Giboin, président du Toit Angevin, et Francis Stéphan, directeur général du Toit Angevin et président de l'AND, avaient pour but d’enrichir les échanges entre les différents opérateurs du logement social qui s’étaient noués en juin dernier, et entre les deux villes, par ailleurs liées par un jumelage.

 

Après la présentation des grands projets de la ville de Bordeaux en matière de logement social, notamment dans le cadre du Programme national de requalification des quartiers anciens dégradés (PNRQAD), étaient programmées des visites de chantiers des programmes neufs et réhabilités des quartiers de Cenon, Lormont, La Benauge et Talence, et de l’écoquartier des Akènes, en compagnie des entreprises et des opérateurs sociaux ; visites qui ont alimenté de nombreux échanges sur les pratiques professionnelles et les modalités de financement des deux villes.

Zoom sur l’AND, association nationale des directeurs des Entreprises sociales pour l’habitat

Cette association est née en 1967 du besoin exprimé par un nombre croissant de directeurs de constituer un lieu d'échanges sur leur métier, sur la conduite de ces entreprises particulières que sont les ESH, au carrefour de l’économique et du social. Regroupant à l’heure actuelle près de 277 membres, représentant des directeurs des ESH de toutes tailles et de toute la France, l’association est devenue un lieu privilégié de réflexion et d’appui pour ses adhérents dans l’exercice de leurs responsabilités.

Pour Francis Stéphan, président de l’association depuis 2011, « c’est un lieu d’échanges de pratiques et d’expériences sur un métier complexe, celui de directeur d’Entreprise sociale pour l’habitat, mais c’est aussi un lieu de défense de la profession où les directeurs peuvent trouver soutien et réponses ». Chaque année sont organisés forums et colloques sur des thèmes en lien avec les problématiques des directeurs (management, évolutions législatives…) et l’actualité en matière de logement social. Pour exemple, en mars dernier, les 29e journées professionnelles de l’AND se déroulaient à La Rochelle sur le thème : « Où va le modèle social français ? » L’association organise également des voyages d’études et c’est justement dans ce cadre que s’inscrivent les échanges avec la ville de Porto et l’office Domus Social.

29/10/2012

Qualité de l'eau à Angers : un bilan 2011 irréprochable

IMG_1876.jpgL’Agence régionale pour la santé (ARS) Pays de la Loire, qui a entre autres la charge du contrôle sanitaire de l’eau distribuée dans la région, vient de livrer son bilan qualité de l’eau pour Angers pour l’année 2011.

L’eau du robinet sous strict contrôle

En complément de la surveillance assurée par l’exploitant, les captages, les stations de traitement et les réseaux de distribution de l’eau potable jusqu’au robinet du consommateur font l’objet d’un contrôle sanitaire régulier, mis en œuvre par les ARS (Agences régionales pour la santé). Ce contrôle se traduit, chaque année, par plus de 310 000 prélèvements, près de 800 paramètres mesurés et plus de 8 millions de résultats analytiques. Outre l’organisation de campagnes d’analyses et l’interprétation sanitaire des résultats, le contrôle sanitaire comprend la diffusion de consignes de consommation si une limite de qualité est dépassée.

L’Agence régionale pour la santé (ARS) Pays de la Loire, qui a entre autres attributions la charge du contrôle sanitaire de l’eau distribuée, vient de livrer son bilan qualité de l’eau pour Angers pour l’année 2011 : « L’eau d’Angers est de bonne qualité bactériologique et chimique, conforme aux exigences de qualité et de réglementation ». Le contrôle de la qualité de l’eau a porté ici sur une centaine de molécules différentes. L’appréciation a pris en compte les résultats de 462 prélèvements effectués sur l’année par le service des contrôles sanitaires de l’ARS. Plus d’infos sur www.sante.gouv.fr

Des résultats sur les indices principaux

Voici quelques-uns des paramètres qui ont été analysés et contrôlés par l'ARS pour vérifier la qualité de l'eau distribuée à Angers (qui provient de la station des Ponts-de-Cé) en 2011.

BACTERIOLOGIE

Bonne qualité bactériologique, taux de conformité de 99,8 %.

Tout résultat d’analyse supérieur aux limites de qualité  indique un non-respect réglementaire. Il signale la présence de bactéries indicatrices d’une contamination fécale pouvant provoquer des troubles digestifs.

DURETE

Eau peu dure : 18,1 °F en moyenne.

Elle correspond à la présence de calcium et de magnésium dans l’eau et s’exprime en °F. La consommation d’eau dure n’est pas dangereuse pour la santé, simplement elle peut entartrer les conduites et les récipients. Au contraire, l’eau douce peut, dans certaines conditions, dissoudre les métaux dans les canalisations et entraîner des risques pour la santé.

FLUOR

Eau faible en fluor : 0,08 mg/l.

La teneur limite est fixée à 1,5 mg par mitre, afin de tenir compte du risque de fluorose dentaire. À doses modérées, le fluor est bénéfique dans la prévention des caries.

NITRATES

Eau conforme pour les paramètres nitrates avec une moyenne de 9 mg/l.

La teneur limite en nitrates est fixée à 50 mg par litre en fonction de la population la plus vulnérable (nourrisson et femmes enceintes). Cette valeur constitue une précaution vis-à-vis de la maladie bleue (méthémoglobinémie) et du possible risques cancérigènes à long terme.

PESTICIDES 

Le taux de conformité est 100 %.

La quasi-totalité des pesticides fait l’objet d’une teneur unique de 0,1 microgramme par litre. De plus la totalité de pesticides doit être inférieure à 0,5 microgramme par litre.

Quelques conseils pour l’utilisation de l’eau du robinet

  • Utilisez uniquement l’eau du réseau d’eau  froide pour la boisson et pour cuisiner.
  • Si vous décelez un goût de chlore, mettez une carafe ouverte au réfrigérateur pendant  quelques heures pour l’éliminer.
  • Après quelques jours d’absence, laissez couler l’eau avant de la boire ou de l’utiliser  pour la cuisine.
  • Pour les usages courants, la qualité de l’eau distribuée à votre robinet ne nécessite pas de  traitement complémentaire.
  • Si la saveur ou la couleur de  l’eau du robinet présente un aspect  inhabituel, signalez-le à votre distributeur d’eau (reportez-vous à vos factures).
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu