Avertir le modérateur

16/03/2012

En route vers Qualibail 2

Le Toit Angevin, certifié sur les 8 engagements de Qualibail 1 depuis 2006, poursuit la prise en compte des attentes de ses locataires au travers de 5 engagements supplémentaires(1) dans le cadre du nouveau référentiel Qualibail 2.

 
Dans ce contexte, le Toit Angevin fait réaliser des « audits à blanc ». Un processus qui permet de bien se préparer à l’audit final de certification, en vérifiant au préalable que les dispositifs mis en place correspondent bien au référentiel visé, ici Qualibail 2. L’audit à blanc peut ainsi mettre à jour des points à améliorer avant le « grand examen » qui sera réalisé par AFNOR CERTIFICATION du 2 au 6 avril dans les locaux du Toit Angevin.

L’audit à blanc réalisé par Nicolas Thelliez du Cabinet FYM CONSEIL du 19 au 21 décembre a donné des résultats de bonne tenue dans l’ensemble, mais fait apparaître des points de vigilance, à savoir :

  • L’engagement 8 : l’information aux locataires des travaux planifiés
  • L’engagement 4 : l’information sur l’avancement des demandes d’intervention technique au travers des appels mystères
  • L’engagement 10 : la traçabilité des actions engagées lors des troubles de voisinage.

Des actions d’amélioration sont en cours de réalisation :

  • Création d’un mode opératoire de traitement des appels de locataires (engagement 4)
  • Formation complémentaire des collaborateurs à la saisie et la consultation des demandes d’intervention dans le logiciel IKOS (engagement 4 et 10) 

Ces actions devront nous permettre de réaliser au mieux nos engagements afin d’assurer une meilleure qualité de services à nos locataires.

 

12/03/2012

Zoom sur la régie de quartier de Trélazé

Améliorer le cadre de vie des habitants, favoriser le lien social et la citoyenneté, proposer du travail aux habitants, telles sont les missions communes des régies de quartier, apparues en France dans les années 1990. Créé en 1996, celle de Trélazé œuvre à poursuivre un travail de qualité auprès des habitants et de ses partenaires, parmi lesquels Le Toit Angevin. Rencontre avec son directeur, Jamel Arfi.

 
Celui-ci rappelle que le dispositif d’une régie implique trois acteurs essentiels : les habitants d’un quartier, les collectivités et les bailleurs sociaux. A partir de ce triptyque, l’un des objectifs majeurs de la régie de Trélazé est de créer « une économie solidaire au service de l’humain à travers un projet global ». Concrètement, il s’agit d’améliorer le cadre de vie des habitants des logements sociaux en leur proposant des prestations qui seront effectuées par des habitants eux-mêmes ; des personnes en situation de chômage longue durée ou bénéficiaires des minima sociaux, embauchées par la régie.

Comme une entreprise

Ces prestations de services comme le nettoyage des parties communes des immeubles, l’entretien des espaces verts, le ramassage d’encombrants ou les correspondances de nuit représentent 70% des revenus de l’association, « qui fonctionne comme une entreprise », précise Jamel Arfi. C’est d’ailleurs sur appels d’offres que la régie et son personnel sont sélectionnés par les clients, bailleurs sociaux ou entreprises. J. Arfi souligne que la régie vise l’excellence comme toute autre entreprise en terme de coût et de qualité. Parmi la cinquantaine de clients de la régie, Le Toit Angevin représente 30% de son activité.
 
A travers ces prestations, c’est l’emploi de personnes en situation de précarité qui est au cœur du dispositif. Il faut savoir que la régie de Trélazé fonctionne avec 60 personnes en moyenne par an, embauchées en contrat aidé. Ces salariés restent quelques mois, deux ans au maximum, le temps d’un premier pas vers la réinsertion. Un employé sur deux quitte la régie avec un emploi à la clé, ou une formation qualifiante. Pour Jamel Arfi, cette reprise n’est possible que « parce qu’ils sont encadrés au sein de la régie pendant plusieurs mois ». Un encadrement assuré entre « anciens et nouveaux », et par les permanents de l’association (10 au total). Au final, beaucoup reprennent confiance en eux en acquérant ou en retrouvant des compétences professionnelles à travers ces emplois. Des emplois subventionnés par l’état (emplois aidés) ou le conseil général (minima sociaux), ce qui représente les 30% restant des revenus de l’association.

Prévention

Mais au-delà des chiffres, J. Arfi tient à souligner l’importance de la notion de proximité, née de ce dispositif : «  nous n’avons quasiment pas de dégradations dans les logements collectifs. Parfois, nos agents peuvent intervenir pour des nuisances sonores (via les correspondants de nuit), dans le cadre de médiations ou pour des dysfonctionnements mécaniques (porte qui ne ferme plus, escaliers abîmés). Nous sommes les yeux et les oreilles du bailleur ! Le but, c’est de prendre en compte ces dysfonctionnements le plus rapidement possible pour ne pas laisser les choses se dégrader. Nos quartiers d’interventions doivent rester des lieux où il est agréable de vivre »
 
Et pour favoriser les échanges avec les habitants, des temps de rencontre  sont régulièrement organisés. Les prochains auront lieu au mois de mars, dans plusieurs quartiers : Grand Bellevue, Petite Bretagne, Maraichère et la Cantinière Guérinière.
  • Régie de quartier de Trélazé : 27, rue du Mongazon 49800 Trélazé. Tél : 02 41 69 91 04
 
Pour en savoir plus sur les régies de quartier : www.cnlrq.org
 
 

02/03/2012

Création d'un institut national HLM de la RSE

La RSE (responsabilité sociétale des entreprises), assortie de tout un panel de référentiels et de normes, impulse d’importants changements dans les pratiques des organismes HLM. Elle ajoute aux questions environnementales, les aspects sociaux et économiques. Des changements qui supposent une compréhension des évolutions de la société, afin d’adapter en permanence les missions des bailleurs sociaux. Forte de l’engagement de ses fédérations, l'USH (Union  sociale pour l’habitat) vient donc de créer un institut spécifique sur les questions de la RSE, avec comme ambition d’aider les organismes à formaliser leurs démarches.

L'initiative émane de la commission développement durable du l'USH. Le comité exécutif du 26 octobre 2011 a donné son accord pour la création de l'Institut HLM de la RSE. Le groupe de pilotage, mis en place par la commission développement durable, a finalisé la mise au point de cet institut à la fin janvier 2012.

Missions

L’Institut HLM de la RSE aura pour objet principal la diffusion d’une culture de la RSE dans les organismes HLM, en proposant un lieu dédié qui puisse conjuguer des éclairages conceptuels par des chercheurs, des experts et des praticiens en aidant les organismes à conduire leur réflexion sur la RSE, en capitalisant, rassemblant et diffusant les synergies fédérales et locales.
 
Ainsi, l’Institut doit répondre aux objectifs suivants :
  • refléter la diversité des points de vue sur le sujet
  • être un lieu d’animation professionnelle
  • être un lieu de débat sur les enjeux de la RSE et sa mise en œuvre
  • aborder la question des parties prenantes  

Structure juridique

L'Institut Hlm de la RSE est une association dont le conseil d'administration est composée de 15 membres:
USH : 3 représentants au titre du conseil social et 2 représentants au titre de la délégation générale
Pour chacune des 5 fédérations HLM: 2 représentants.
Pour la fédération des ESH (entreprises sociales pour l’habitat), les représentants ont été désignés : Il s’agit de Patrice Roland (3F) et de Francis Stéphan (Le Val de Loire et Le Toit Angevin).

Fonctionnement 

Il est assuré par le département RSE-RH-Management de l’USH en lien avec les fédérations. L’USH conduit les actions RSE de son plan d’actions professionnelles au sein de l’institut et les ouvre ainsi aux parties-prenantes. L’institut facture les séminaires aux organismes.
50% du coût est financé par le FILLS, l’USH peut contribuer à hauteur de 25% pour un reste à charge de 25%.

Pour assurer ses missions, l’association Institut HLM de la RSE dispose de ressources constituées par les cotisations des membres actifs, les sommes versées en paiement des prestations réalisées par l’Institut et suivies par le personnel des membres actifs, les sommes versées annuellement par l’USH (Union sociale pour l’habitat) dans le cadre de son programme d’investissement, les subventions de l’Etat, des collectivités locales, d’institutions publiques, les subventions de toute autre entité nationale, européenne, internationale.


Plan de financement prévisionnel

1ère année : 174 000,00 €, 2ème année : 211 000,00 €, 3ème année : 291 000,00 €

Les actions de l’Institut pour la première année

  • Déploiement d’un site Web d’abord vitrine institutionnelle puis constitution d’un centre de ressources.
  • Organisation de séminaires de direction par des prestataires sélectionnés par l’Institut selon un programme élaboré avec l’Institut.
  • Organisation de journées locales ouvertes aux parties-prenantes sur un territoire

27 mars: première réunion du CA et constitution du conseil d’orientation

Avril: analyse des offres des prestataires

Mai-Juillet: élaboration des séminaires

Septembre: premier séminaire

Novembre: première réunion locale
 

La première séance du CA aura lieu le mardi 27 mars de 10h30 à 12h30 au 14 rue Lord Byron à Paris. Cette première séance permettra de mettre en place les différentes instances de l'Institut: bureau, conseil d'orientation, groupe de pilotage pour la mise en place des premiers séminaires.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu