Avertir le modérateur

25/06/2012

Un nouveau composteur collectif à Trélazé

Le 14 juin dernier avait lieu l’inauguration d’un nouveau composteur collectif installé par Le Toit Angevin dans le quartier de Grand Bellevue à Trélazé.

Un nouveau composteur collectif vient d’être installé près de la rue Elisée-Reclus à Trélazé le 14 juin dernier. Cette mise en place fait suite à l’étude réalisée par Le Toit Angevin auprès de ses locataires pour connaître leur opinion sur l’installation de composteurs collectifs. Le nouveau composteur recevra les déchets organiques des trois immeubles du Toit Angevin situés rue des Métiers, rue des Forgerons et allée des Projeteurs, ce qui représente quelque 58 logements.

Les élèves de l’école Paul-Fort située à proximité, ont également été associés à cette opération par le biais d’actions de sensibilisation. Ils ont réalisé un document d'information destiné aux résidents. À la rentrée 2012, ils auront la charge de décorer le composteur…

L’inauguration, en présence de l'association Label Verte, des habitants et des élèves de l’école Paul-Fort, a permis de rappeler les principes d’utilisation et tout l’intérêt du compostage en termes de réduction des déchets ménagers. C’était également l’occasion de s’inscrire pour obtenir un bio-seau. Rendez-vous est pris dans quelques mois pour récupérer les fruits de ses efforts : du compost destiné à enrichir la terre pour ses plantations !

Pour plus d’infos, contactez Lucie Le Roux, du Toit Angevin, au 02 41 79 62 17 ou Pascal Poulin, de l’association Label Verte, au 06 84 14 83 48.

20/06/2012

Qualité de l’air intérieur : le Toit Angevin sur le pont

Il est aujourd’hui établi que notre santé dépend de la qualité de l’air extérieur. Les démarches dans le monde pour son amélioration sont d’ores et déjà amorcées. La qualité de l’air intérieur (QAI) dans les habitations est elle aussi un enjeu de santé, c’est pourquoi Le Toit Angevin a décidé de se saisir de cette problématique en initiant différentes démarches pour contribuer à son amélioration.

La qualité de l'air intérieur, le point

De multiples raisons permettent de justifier que la qualité de l’air intérieur s’est dégradée ces dernières années. Les techniques utilisées dans la construction depuis les années 1970 n’ont cessé d’évoluer pour réduire au minimum le transfert de chaleur ou le volume d’infiltration d'air (murs, fenêtres, portes), en raison des contraintes réglementaires dans un souci d’économie d’énergie. Les habitations étant de plus en plus étanches, l'humidité et possibles contaminants sont moins évacués. Contrairement à l’air extérieur, il n’existe pas à l’heure actuelle de valeurs de référence en France pour mesurer la QAI. Cependant, globalement, il est établi que la qualité de l’air intérieur est liée à la teneur en gaz et aérosols, à la température et à l’humidité de l’air à l’intérieur d’une habitation. En France, la démarche qualitative en matière de QAI est en retard par rapport à d’autres pays européens et reste souvent considérée comme une donnée mineure dans la performance thermique.

Les démarches du Toit Angevin

Le Toit Angevin a entrepris un certain nombre de démarches pour se saisir de cette problématique. Depuis 2011, une étude sur la qualité de l’air, de la livraison à l’occupation, est en cours, dans un appartement neuf BBC livré par Le Toit Angevin sur le plateau des Capucins. La première phase de l’étude s’est d’abord déroulée sans occupants, l’objectif étant d’analyser la QAI en l’état, en fonction des matériaux de construction utilisés et de l’air extérieur. 

Parallèlement, Le Toit Angevin travaille sur la QAI au sein du groupe Delphis, avec différents partenaires. Ensemble, ils ont d’ores et déjà établi que la performance des équipements et des systèmes de ventilation doit être optimisée, pour répondre à deux objectifs : permettre les économies d’énergie et la réduction de l’humidité, mais aussi prévenir les éléments polluants. Enfin, cette performance doit être constante sur l’ensemble de la chaîne, de la production à la maintenance du logement.

Pour rendre réalisables ces objectifs, plusieurs pistes de travail se dégagent : intégrer la problématique de la ventilation comme lot à part entière dès la phase conception (qualité des matériaux, équipements ventilation…) ; assurer le suivi de la qualité post-livraison (contrats de maintenance spécifiques, optimisation des mesures, suivi du bon fonctionnement des installations…) ; et enfin, informer, sensibiliser et accompagner les locataires sur le problème de la qualité de l’air. Autant de démarches à suivre...

14/06/2012

Éric Divay aux Allumettes : créer des œuvres… et du lien social !

Créer des œuvres qui s’insèreront dans leur environnement, avec la participation des habitants du quartier du Grand Bellevue, dont les locataires du Toit Angevin, tel est le projet que mène l’association Art’m dirigée par Éric Divay, en collaboration avec la Ville de Trélazé et Le Toit Angevin.

Éric Divay, artiste plasticien et habitant de Trélazé, est habitué à la création « participative ». Il y a mené plusieurs projets de réalisations artistiques avec les jeunes du quartier, les écoles ou des adultes en grande difficulté psychologique. Le projet qui l’occupe aujourd’hui se situe dans la même démarche d’ouverture : il s’agit de développer et d’animer une démarche artistique sur le quartier du Grand Bellevue et sur le site des Allumettes à Trélazé en associant le plus largement possible les habitants, mais aussi les associations locales, comme Léo Lagrange ou Vivre ensemble, les partenaires institutionnels et les écoles. Le Toit Angevin a mis à disposition un local situé avenue de la république pour les travaux réalisés avec les habitants et un local aux Allumettes pour exposer les réalisations de l'artiste. Des expositions des différentes réalisations seront prochainement programmées. La ville de Trélazé et Le Toit Angevin sont parties prenantes de ce projet qui se déroule sur deux ans (aboutissement septembre 2013) et dont le budget avoisine les 100 000 euros. Le Toit Angevin finance la plus grande partie du projet soutenu en cela par le Fonds d’Innovation Sociale à hauteur de 27 000 euros.

Plus largement, le projet de création artistique mené par Éric Divay s’inscrit pleinement dans une démarche d’ouverture et de désenclavement. Dans le prolongement de la politique de l’ANRU, il s’agit de poursuivre la rénovation urbaine, en mettant en place des animations de proximité destinée à créer du lien social, et à ce titre les bailleurs sociaux ont un rôle majeur à jouer. Par ailleurs, ce projet a également toute sa place dans la démarche expérimentale de Plan stratégique local (PSL) que mène la Ville de Trélazé aux côtés d’une dizaine d’autres villes pilotes en France.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu