Avertir le modérateur

28/07/2011

Une résidence Accueil en prévision à Angers

cesame.jpg

 

Un temps, le site des Allumettes à Trélazé avait été évoqué. Sans suite. Mais le Toit Angevin et l'association Anjou Insertion Habitat ont ce projet à cœur depuis un moment : il y a sur Angers une vraie demande de résidences sociales. Si une maison relais existe bien rue Cordelle, la mise en place d'une résidence accueil répond à une réelle nécessité.

 
« La résidence accueille des personnes avec des difficultés psychiques, mais stabilisées », précise Émilie Colney, chargée d'opération au Toit Angevin. « Elles ne sont pourtant pas tout à fait autonomes dans leur logement. C'est un intermédiaire entre l'établissement spécialisé et le logement classique. »
 
Une opportunité financière s'est présentée rue Chèvre, à Angers. Le projet prévoit la construction d'un bâtiment BBC neuf de 15 logements, avec un travail sur la fonctionnalité et le volume de chacun des logements.
 
Pour le Toit Angevin, le montage du dossier n'a rien de commun. C'est lui qui construit le bâtiment, mais il recevra les loyers de l'association Anjou Insertion Habitat (AIH), qui les collectera auprès de tous les locataires. AIH sera également responsable des espaces communs où de nombreuses activités seront programmées. Un grand jardin, un atelier et une salle de cuisine sont ainsi prévus, ainsi que la présence récurrente d'un couple d'hôtes, travailleurs sociaux formés aux problèmes psychiques.
 
Un troisième partenaire est indispensable au projet. Il s'agit du Centre de santé mentale angevin (Cesame) qui assure le côté médical du projet. Il prend notamment en charge l'examen des dossiers à l'entrée dans la résidence, le suivi des résidents et la formation continue du couple d'hôtes. C'est lui qui fera le choix des résidents et validera les dossiers. 
 
L'opération est menée en partenariat avec les services de la Direction de la santé publique de la Ville d'Angers.

05/07/2011

Les immeubles de Mongazon font peau neuve

Tout part d'un constat. Dans les quatre bâtiments de Mongazon, construits dans les années 70, le diagnostic de performance énergétique (DPE) n'est pas bon. Il y a un problème de chauffage.

La suite ? C'est un chantier d'ampleur considérable débuté en 2010 et qui devrait s'achever à la fin de cette année.
 
Pour passer d'un DPE E, à un DPE C, toutes les menuiseries extérieures ont été changées. La production de chauffage également. D'un fonctionnement électrique, on est passé au gaz, avec une chaudière centrale qui déploie le chauffage dans les logements. Enfin, l'isolation de la toiture des terrasses a été revue.
 
Des travaux d'ampleur, donc, mais dont le Toit Angevin a profité pour aller plus loin, avec un véritable chantier de réhabilitation. Dans tous les appartements, la plomberie, les appareils sanitaires et les installations électriques ont été revus ; les sols et murs des pièces humides changés.
 
En chiffres, cela donne un coût de 34 000 € par logement et 6 à 10 semaines de travaux par logement.
 
Le Toit Angevin n'en doute pas : malgré les désagréments causés par l'immense chantier, les locataires y gagneront en confort de vie et verront diminuer leurs charges locatives.
 
Pour parfaire le tout, un ravalement de façade « esthétique » a été entrepris à l'extérieur, des containers enterrés sont installés et une réfection des halls d'entrée est en cours.
 
C'est ce qui s'appelle faire peau neuve.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu